Mes pensées me terrifient

Mon chien est très, très anxieux. Chaque matin, il va et vient en me voyant me préparer à partir au travail. C’est inévitable et il le sait : je pars pour la journée et il se retrouvera seul. Il me suit partout, et lorsque j’ouvre la porte pour sortir, il gémit, il aboie et il se recroqueville. Il est impuissant et faible. Son anxiété le maîtrise.

Mais voici le hic... je crois avoir transmis mon anxiété à mon chien. J’ai souvent vécu des moments débilitants. J’ai eu des points à la poitrine, et des sensations neurologiques étranges qui me donnaient l’impression que mon cœur s’éclatait ou que j’étais sur le point d’avoir une crise cardiaque. J’écris ces paroles, et j’ai l’impression qu’un poids imposant écrase ma poitrine, et que je suis en train de perdre le souffle, au point de m’évanouir.

Enfant, je m’inquiétais des moindres détails : qu’allais-je manger pour le dîner? Aurais-je assez à manger? Je téléphonais à ma mère souvent à midi pour qu’elle puisse m’assurer que tout irait bien. Les choses se sont améliorées un peu lorsque j’étais adolescente... Je ne faisais que m’inquiéter comme tout le monde : mes notes seraient-elles bonnes? Perdrais-je mon emploi à temps partiel? Trouverais-je un bon mari un jour?

Mais lorsque ma mère a découvert qu’elle avait une maladie mortelle, tout a changé. Mon anxiété est revenue en force et ne m’a jamais quittée. J’ai commencé à m’inquiéter de tout ce que je ne pouvais contrôler :

  • Je crains qu’un autre membre de ma famille meure de cancer un jour.
  • J’ai peur qu’un autre voisin se plaigne des jappements nerveux de mon chien.
  • Je crains d’être mal vue de mes camarades de classe à notre prochaine réunion, du fait qu’ils auront probablement tous des emplois beaucoup plus impressionnants que le mien.
  • Je crains que mes grossesses se terminent en fausses couches — même si je ne suis jamais tombée enceinte.

Et la liste s’éternise. J’ai peur de décevoir les gens et donc, j’évite de prendre des risques. Je choisis de décliner des invitations à des activités sociales parce que de tels rassemblements me rendent anxieuse. J’ai tendance à imaginer les pires scénarios possibles. Je m'imagine diagnostiquée, incarcérée, congédiée, divorcée, et même ensevelie. Mes pensées me terrifient parfois.

L’anxiété se manifeste aux pires moments. Une fois, j’avais si peur de rencontrer mon patron que je me suis présentée devant lui à bout de souffle, presque incapable de parler. Lorsque je me trouve seule chez moi, je m’imagine en train de mourir d’une crise cardiaque, seule. Lorsque je regarde un film au cinéma et que mon portable vibre, j’imagine qu’il y a un drame, et je cherche le meilleur moyen de sortir de la salle en sanglotant sans trop déranger.

J’ai tendance à imaginer les pires scénarios possibles. Je m'imagine diagnostiquée, incarcérée, congédiée, divorcée, et même ensevelie.

J’ai lu quelque part que si nous nous attendons à être déçus, nous le serons. Si souvent, je m’attends au pire. Et me voilà l’épouse d’un homme spontané et sans souci! Imaginez combien je m’en fais lorsqu’il nous engage à participer à un évènement social quelconque sans me consulter! Franchement, j’ai toujours admiré son courage et son amour de l’aventure. Il adore se trouver dans des situations précaires, alors que la panique me saisit à la seule pensée de l’échec. Combien souvent ai-je pleuré dans ses bras en lui demandant comment faire pour me libérer de mon infirmité!

Si tu t'imagines affrontant toutes sortes de dangers possibles, si tu as l’impression de te trouver le dos au mur dans une salle sans issue, nous sommes là pour toi. Remplis le formulaire ci-dessous, et un membre de notre équipe te contactera aussi tôt que possible pour te parler de tes soucis.