Une vie sans but

Depuis que je suis toute petite, le sport a toujours été important pour moi. J’ai toujours eu ce désir d’exceller en tant qu’athlète : ballon au pied, bâton à la main, prête sur la ligne de départ, peu importe l’activité physique. Ça n’a pas pris beaucoup de temps avant que je trouve « le sport » qui allait donner un vrai sens à ma vie.

Je me souviens encore de mon premier match de soccer. Même si je ne connaissais pas tous les règlements, j’expérimentais une joie immense à l’idée de courir après un ballon avec créativité, faire des feintes et essayer de faire des points pour mon équipe. Je me rappelle la fierté que j’ai ressentie après avoir marqué mon premier but et après notre première victoire. Je pense bien que ce que j’ai éprouvé était satisfaction totale. C’était comme si je venais de découvrir ma raison d’être. Ce jour-là, j’ai décidé de me consacrer corps et âme au soccer.

C’était comme si je venais de découvrir ma raison d’être.

Je suis rapidement devenue une joueuse d’influence. Je savais que mon équipe avait besoin de moi et en réalité, j’avais besoin d’eux. J’avais du potentiel et je savais que je ne devais pas me fier qu’à mon talent. J’étais de petite taille, mais ma passion et mon habileté technique m’ont aidée à devenir une joueuse reconnue et redoutée. À cause du soccer, j’avais de la valeur. La personne qui était sur le terrain jouait avec tant de liberté et de confiance. Elle semblait imbattable. C’était la personne que j’aspirais à devenir chaque jour.

Petit à petit, je suis devenue la joueuse que je désirais être et tous mes rêves se sont réalisés. J’ai compté une multitude de buts et j’étais souvent sélectionnée pour être sur le terrain durant tout le match. J’ai aidé mes équipes à remporter des titres provinciaux. J’ai même été recrutée par le meilleur programme de soccer universitaire au Canada et remporté deux titres nationaux. Mon parcours dans le soccer était pratiquement établi. Je devais continuer à travailler fort, donner tout ce que j’avais corps et âme et mon succès était assuré ; du moins, c’est ce que je pensais.

Après avoir passé des heures supplémentaires à m’entrainer et dédié ma vie à mon sport, je n’avais jamais envisagé qu’un jour je me blesserais. C’est arrivé subitement, pendant un match hors-concours. J’étais seule au milieu du terrain après avoir fait une feinte et je m’apprêtais à accélérer. Je me souviens encore de la douleur et de la panique que j’ai ressentie. Je n’oublierai jamais l’expression sur le visage de ma physiothérapeute et de mes entraineurs, ainsi que des larmes de mes coéquipiers. Mon ligament croisé antérieur venait de se déchirer. En un instant, je venais de perdre le sport que j’aimais, la chose qui donnait vraiment un sens à ma vie. Je devais me faire opérer et le temps de rétablissement durerait au moins 8 mois.

J’ai essayé d’être la même personne que j’étais sur le terrain : plein de confiance, de joie et de passion. Cependant, je me sentais prise au piège.

Je me suis demandé qui je pouvais être sans le soccer. Une fille brisée. Une fille attristée qui réalisait que sa vie ne serait plus jamais la même joueuse. Une fille qui voyait bien qu’elle ne pourrait plus jouer pendant longtemps. Une fille qui prenait conscience qu’elle ne serait plus la même personne. Une fille qui venait de perdre une grosse partie de son identité. Une fille qui ne se sentait plus valorisée et qui n’avait plus d’importance à ses propres yeux. Une fille tout simplement perdue, sans espoir. J’ai essayé de cacher mes émotions et prétendre que tout allait bien. J’ai essayé d’être la même personne que j’étais sur le terrain : plein de confiance, de joie et de passion. Cependant, je me sentais prise au piège et rien ne semblait apaiser la peine que j’avais.

Mon cœur désirait retrouver l’espoir, et retourner sur le terrain. Cela m’a pris du temps, mais j’ai réussi à découvrir que le soccer n’est plus la chose qui donne sens à ma vie. J’ai trouvé une force et une persévérance que je n’aurais pas soupçonnée. Si tu aimerais parler avec quelqu’un de ce qui a changé ton identité, ou d’une blessure physique ou mentale qui bouleverse ton monde, n’hésite pas à nous écrire. Quelqu’un de notre équipe aimerait parler avec toi.

Source de la photo Sarah Kim

Nos accompagnateurs ne sont pas des thérapeutes, mais des gens ordinaires qui en accompagnent d’autres dans leur cheminement, avec compassion et respect.


Veuille remplir le formulaire ci-dessous pour nous permettre de te contacter en toute confidentialité.

Sexe:
Âge:

L’indication de votre âge et de votre genre nous aide à vous assigner un accompagnateur propice. Conditions & Confidentialité.

De tels défis peuvent sembler insurmontables. Si tu songes à te blesser ou à blesser une autre personne, veuille lire ceci!