SOUS L’EMPRISE D’UNE FAIM INSATIABLE

Le soleil brûlait pendant que je luttais pour ouvrir les yeux. Alors que mes idées devenaient plus claires, je me suis demandé où j’étais. Le bruit d’une douche à proximité confirma ce dont je ne me souvenais pas. Une fois de plus, une nuit de bar et d’alcool m’a menée dans le lit d’un homme dont le nom m’a échappé.

Une autre soirée, parmi tant d’autres, la soif d’alcool a poussé mon démon intérieur à se déchaîner. Le besoin d’avoir des relations sexuelles m’incitait à boire sans retenue, plus il y avait d’alcool, mieux c’était. De cette façon, je ne me souviendrais pas des choses lamentables que j’avais faites pour attirer l’attention d’un homme.

Un vide douloureux en moi me poussait à revenir vers mon comportement autodestructeur, provoquant une honte et une haine envers moi-même toujours grandissantes. J’avais l’impression que je ne pouvais m’arrêter même si j’en avais désespérément envie. Le remords du « lendemain matin » m’empêchait de répéter le scénario, mais seulement à court terme.

Une force invisible semblait écraser le moindre brin de bon sens que j’ai pu posséder un jour et transformait le tout en une faim insatiable qui n’a jamais été comblée.

Il n’en faudrait pas beaucoup plus pour qu’une force invisible écrase le moindre brin de bon sens que j’ai pu posséder un jour et transforme le tout en une faim insatiable impossible à combler. Toutes mes relations étaient devenues superficielles et distantes à cause de ma dépendance. La dégradation et l’autocondamnation étaient mes compagnes constantes.

Comme tant d’autres fois, je me suis sentie piégée. J’ai observé la pièce et localisé mes vêtements à différents endroits sur le sol. J’ai essayé de sortir de là rapidement et sans être détectée. Je ne savais pas que la douche avait une vue à vol d’oiseau du lit — ma tentative de départ avait été découverte. C’était l’heure de la mise en scène.

J’ai ralenti mes pas quand il m’a appelée pour que je le rejoigne. Mon estomac s’est transformé en nœuds encore plus serrés. J’avais de plus en plus la nausée. Je voulais juste rentrer chez moi et oublier ce qui s’est passé hier soir. J’étais tellement dégoûtée par moi-même et par cet homme sans nom.

Au lieu de cela, j’ai affiché un faux sourire sur mon visage et j’ai agi comme s’il n’y avait que lui dans le monde — alors que ma peau rampait chaque fois qu’il me touchait. Après avoir terminé, j’ai trouvé une excuse pour partir et j’ai appelé un taxi. Le retour à la maison a été surréaliste, il n’y a pas grand-chose à dire, à part ma tentative de minimiser mon humiliation de la nuit précédente.

J’avais de l’espoir dans le passé ; j’avais l’habitude d'imaginer ce que serait ma vie — j’étais pourtant à mille lieux de mon rêve.

Je suis allée directement dans ma chambre. J’avais besoin d’être loin de tout. Je me suis regardée dans le miroir. Des cercles noirs et des yeux injectés de sang habillaient maintenant la simple coquille de la femme que j’étais devenue. Je n’ai jamais été aussi déshonorée à mes yeux que dans ces moments-là.

« Je ne peux plus faire ça », dis-je à voix haute en me regardant dans le miroir. J’avais de l’espoir dans le passé ; j’avais l’habitude de rêver à ce que serait ma vie — j’étais loin du compte. Il devait y avoir plus que cela. Ce jour-là, j’ai reconnu la vérité terrifiante que si je continuais à vivre ainsi, je ne pourrais peut-être jamais me sortir de ma dépendance. La combinaison du sexe et de l’alcool m’avait emprisonnée et m’avait possédée, m’enlevant toute chance de m’échapper. Je me sentais comme si j’avais eu une peine de prison, sans possibilité de libération conditionnelle.

Il me fallait une solution brutale et immédiate. Le risque de perdre l’essence même de la personne que je désirais être s’est manifesté comme une éruption volcanique — je ne pouvais plus l’ignorer. Sans offrir une véritable explication, j’ai dit à ma colocataire que je déménageais. J’avais l’impression de ne pas pouvoir emballer mes affaires assez vite. J’avais fait demi-tour avant d’arriver à la fin ; je me suis détournée du style de vie qui me démolissait et je me suis sentie plus légère.

J’ai tourné mon attention vers d’autres choses pour m’éviter des situations tentantes. J’ai tenu un journal et j’ai trouvé une amie en qui j’avais confiance et à qui je pouvais demander de l’aide. Bien que je n’ai pas avoué l’ampleur de mes aventures, le fait d’avoir reconnu ouvertement le poison qui détruisait mon potentiel m’a incroyablement libérée.

Aujourd’hui, j’ai du mal à comprendre que j’ai pu vivre une telle existence. Mes efforts pour améliorer ma situation sont loin d’avoir toujours été couronnés de succès. Parce que j’avais un désir de survie et un espoir en quelque chose de mieux, les choses ont finalement changé pour de bon ; il fallait qu’elles changent !

Je suis ici pour te dire que tu peux faire la même chose. Il n’est jamais trop tard. Tu peux parler à un accompagnateur en ligne dès maintenant pour amorcer ta transformation. Si tu remplis le formulaire ci-dessous, tu auras des nouvelles d’ici quelques jours. Tu peux utiliser ton vrai nom ou un nom fictif, sens-toi bien libre.

Source de la photo Jeremy Miller

Tu peux en parler avec quelqu'un, en toute confidentialité.


Veuille remplir le formulaire ci-dessous pour nous permettre de te contacter en toute confidentialité.

Sexe:
Âge:

L’indication de votre âge et de votre genre nous aide à vous assigner un accompagnateur propice. Conditions & Confidentialité.

De tels défis peuvent sembler insurmontables. Si tu songes à te blesser ou à blesser une autre personne, veuille lire ceci!