Debout là… toute seule

Un matin ensoleillé, alors que le soleil pénétrait à travers les vitres, je me suis réveillée et j’ai erré à la recherche de ma mère. J’ai trouvé ses pantoufles dans le couloir, mais elle restait introuvable. Je me rappelle m’être sentie confuse… j’étais à peine éveillée. J’ai vu ma nounou se précipiter et j’ai trouvé mon père assis devant le placard du salon. Il avait trouvé un sac, en sortit une lettre et la lut, le visage figé. J’ai senti mon cœur s’arrêter. Je ne me souviens d’aucune explication ! Maman était partie ! Je n’arrive pas à me souvenir du contrecoup. Pourquoi personne ne s’est soucié de savoir ce que je ressentais ? J’étais si vulnérable et seule. J’étais là… toute seule.

Je suis devenue une enfant très calme ; je n’étais plus cette enfant joyeuse que j’avais l’habitude d’être. Je voulais des réponses : « Pourquoi ma mère m’a-t-elle abandonnée ? » C’était tout ce à quoi je pouvais penser.

Je prenais du retard à l’école. Je m’endormais en pleurant. J’avais désespérément besoin de quelqu’un qui m’aime telle que j’étais. Je ne savais pas comment gérer tout cela, donc, je le mettais par écrit lors de mes dissertations.

Mon enseignante était très inquiète et très gentille envers moi. Elle m’invitait chez elle. Elle a toujours eu ce sourire tendre dont je me souviens encore. Au fil des années, d’autres figures maternelles sont apparues, prenant soin de moi comme une mère le ferait.

Mon père était très pris par son travail, mais était manifestement là pour montrer son désaccord chaque fois que je ne répondais pas à ses attentes. J’étais sévèrement punie lorsque j’avais de mauvaises notes. J’étais souvent réprimandée pour des choses qu’il n’approuvait pas. J’avais peur de mon père violent, mais j’étais également confuse, car parfois il était gentil aussi avec moi. Ce n’était pas la maison où je voulais vivre et ma mère me manquait tant.

Je ne l’ai revue qu’environ 4 ans après leur séparation. Elle s’est tout simplement présentée à la porte un jour, sans avertissement. J’étais contente de la voir, mais en même temps j’avais peur qu’elle reparte. Mon cœur était blessé, et j’avais encore du mal à faire à nouveau confiance à mes parents. Je pouvais voir qu’ils n’étaient toujours pas heureux. Ils faisaient chambre à part. Ils se disputaient souvent, et je ne peux qu’en déduire que j’étais la raison pour laquelle ils se sont remis ensemble. Je pouvais dire que ma mère n’était pas du tout heureuse.

Enfant, je me suis reproché de ne pas être assez bonne pour empêcher ma mère de partir. J’aurais aimé que quelqu’un soit là pour m’aider à comprendre ce qui se passait. J’ai eu du mal à pardonner à ma mère. Comment a-t-elle pu m’abandonner ?

Mon cœur était blessé, et j’avais encore du mal à faire à nouveau confiance à mes parents.

Adulte, j’ai lentement commencé à comprendre ce qui s’était passé pendant mon enfance, et j’ai entamé mon propre processus de guérison. J’ai fini par comprendre que je ne pouvais pas réparer le mariage de mes parents. Maintenant que je suis mère moi-même, je ne peux supporter l’idée d’abandonner mes enfants. Ma mère devait être si désespérée pour se séparer de sa nature humaine par rapport à ses enfants et m’abandonner. Cela a dû être pour elle une épreuve si terrible à traverser.

J’en ai voulu à ma mère pendant toute mon enfance pour les moments difficiles que j’avais traversés, mais maintenant je vois les choses différemment. Au lieu de ressentir de la colère ou de l’apitoiement sur moi-même, je pleure pour ce que je n’ai pas eu en grandissant. J’aurais aimé que ma mère soit à mes côtés et m’accompagne dans ma puberté, me réconforte quand j’étais effrayée et qu’elle soit là quand mon père s’emportait. J’aurais aimé ne pas venir d’une famille brisée.

Au lieu de ressentir de la colère ou de l’apitoiement sur moi-même, je pleure pour ce que je n’ai pas eu en grandissant.

Ce changement de perspective du blâme au chagrin a nécessité de nombreuses consultations et une volonté de faire face à mon passé difficile. Je suis également allée en consultation traumatologique et j’ai consulté un thérapeute de l’attachement. De nombreuses personnes ont joué un rôle important dans mon parcours de guérison.

J’ai remarqué qu’au cours des différentes saisons de la vie, il y a de nouvelles difficultés et dynamiques à gérer dans ma relation avec ma famille. Je sais que mon parcours de guérison n’est pas près de se terminer.

Souvent le chemin de la guérison commence par trouver quelqu’un disposé à écouter simplement avec compassion et sagesse chaque fois que l’on fait face à un nouveau défi. C’était le cas pour moi et cela pourrait également être le cas pour toi. S’il vous plait, sache que tu n’as pas à vivre tout cela sans soutien.

Traduction de Lindsay Urgen

Source de la photo MI PHAM on Unsplash

Nos accompagnateurs ne sont pas des thérapeutes, mais des gens ordinaires qui en accompagnent d’autres dans leur cheminement, avec compassion et respect.


Veuille remplir le formulaire ci-dessous pour nous permettre de te contacter en toute confidentialité.

Sexe:
Âge:

L’indication de votre âge et de votre genre nous aide à vous assigner un accompagnateur propice. Conditions & Confidentialité.

De tels défis peuvent sembler insurmontables. Si tu songes à te blesser ou à blesser une autre personne, veuille lire ceci!