Le jour où tout a basculé...

Le jour où j’ai vu les deux traits indiquant un test de grossesse positif, mon monde a été complètement chamboulé. Je vivais le pire cauchemar de toute jeune fille.

Cela est arrivé lors de mon 21e anniversaire. La plupart des gens se contentent d’abuser d’un peu d’alcool et finissent généralement le lendemain avec une vilaine migraine. Mon expérience était un peu différente. J’ai fini avec bien plus qu’une gueule de bois.

Quand j’ai découvert que j’étais enceinte, j’étais célibataire, seule et effrayée. J’avais véritablement l’impression de n’avoir personne vers qui me tourner. J’étais terriblement embarrassée, j’avais honte et je me sentais tellement indigne; je ressentais de la haine envers moi-même. C’était insupportable.

Il faut préciser qu’il n’a pas suffi d’un coup d’un soir après une nuit arrosée pour changer ma vie. C’est un ensemble de petits évènements qui m’ont conduite à ce point, comme le jour où j’ai pour la première fois consommé illégalement de l’alcool, ou le jour où j’ai perdu ma virginité avec un mec que je connaissais à peine. Ou lorsque j’ai perdu tout amour-propre et que je me saoulais régulièrement et agissait immoralement. Ou les jours où j’allais de partenaire en partenaire, en quête de sécurité. Plus les relations que j’avais étaient malsaines, plus je me détestais et me sentais indigne.

Au fond de moi, je criais de désespoir : « Qui pourrait m’aimer à présent? »

C’est donc sans surprise, le jour de mes 21 ans, que je me suis saoulée « à raison » (car c’était mon anniversaire), et aie couché avec un gars que je ne connaissais pas vraiment.

Je n’ai informé personne de ma grossesse et j’ai immédiatement pris rendez-vous pour un avortement, même si je savais pertinemment au fond de moi que c’était mal. Jamais je ne me suis sentie aussi seule. Au fond de moi, je criais de désespoir : « Qui pourrait m’aimer à présent? »

Les jours qui ont précédé ce rendez-vous ont été horribles, remplis de culpabilité, de dépression et de solitude.

Mais, le week-end avant mon rendez-vous pour l’avortement, quelque chose a changé. Je ne peux pas vraiment le décrire, mais j’ai ressenti une once d’espoir et de pardon; je me suis sentie aimée – au beau milieu de mon désespoir. J’ai compris que je n’avais pas à traverser cette épreuve toute seule. Je pouvais en parler. Quelqu’un serait surement là pour moi.

Ce jour m’a changée à jamais. J’ai finalement trouvé le courage nécessaire pour annoncer ma grossesse à mes parents. Ils ne m’ont pas condamnée; ils m’ont plutôt acceptée, aimée et soutenue. Je l’ai également dit à des amis qui ne m’ont pas du tout jugée. Ils m’ont aimée et m’ont acceptée à ma juste valeur, et j’ai ainsi appris que même si j’étais une fille désespérée, je pouvais être aimée et pardonnée.

Je suis aujourd’hui fière de dire que je suis enceinte de 39 semaines. Bientôt, je vais serrer dans mes bras le précieux cadeau qu’est ma fille.

Durant ces mois de guérison, j’ai développé une passion pour aider les autres qui traversent la même situation; je suis devenue conseillère bénévole au Centre de ressources de maternité de ma localité.

Je partage mon histoire avec tout le monde dans l’espoir qu’une autre personne désespérée puisse se sentir aimée et savoir qu’elle a de la valeur. Je suis si bénie d’avoir reçu la grâce de comprendre que la vie est un cadeau, même au milieu du désespoir.

Vis-tu en ce moment une grossesse non désirée? Te sens-tu désespérée et prise au piège? Sache que tu n’as pas à traverser ces moments seule. Si tu remplis le formulaire ci-dessous, l’une de nos bénévoles se fera un plaisir de t’écrire d’ici peu dans l’espoir de t’aider.

Source de la photo: Jernej Graj