Les paris sont clos

Je me croyais invincible – je me disais que rien ne pouvait m’arrêter et que je continuerais à gagner les paris, alors que ma vie virait au chaos.

J’ai toujours aimé le sport. À l’école, je jouais au football, au baseball, au basketball, et pratiquais la course. Après mes études, j’ai même joué au baseball semi-professionnel; cet emploi répondait à mon besoin d’excitation et de risque. J’avais beaucoup de capacités naturelles et je m’en sortais assez bien au début. Mais comme je n’étais pas assidu à la pratique, il a fallu peu de temps pour que d’autres joueurs plus dévoués et disciplinés que moi me dépassent en compétences, de sorte que je suis passé de joueur à simple spectateur. Cet échec a laissé un vide dans ma vie que le jeu a comblé plus tard.

En 1961, j’étais un homme nouvellement marié qui travaillait dans le secteur des ventes et qui gagnait une somme d’argent assez importante. Tout semblait me réussir! C’est à ce moment-là que j’ai rencontré des gens qui aimaient parler de sport. Ils ont flatté mon égo en me disant que mes vastes connaissances en statistiques de baseball et de football me rendaient capable de bien prévoir les résultats de matchs. Ils m’ont encouragé à exploiter cette capacité.

Fort de leurs encouragements, j’ai commencé à parier un peu d’argent sur des matchs — juste 50 $ ou 100 $ par match au début. C’était excitant, et j’en sortais gagnant. Bientôt, mes paris montaient à 1000 $ le match, et j’ai commencé à parier sur des courses de chevaux aussi. Finalement, je dépensais de 2000 $ à 5000 $ à la fois. Même si je n’avais pas l’argent pour le faire, je pariais toujours, croyant que je pourrais changer la donne rapidement.

Lorsque je devais de l’argent, je demandais un prêt à ma belle-mère — et elle m’a donné 5000 $ ou plus à plusieurs reprises. Je ne m’en sentais même pas coupable, étant si convaincu de ma capacité à gagner. Et avec mon emploi bien rémunéré, j’arrivais toujours à rembourser ces dettes, ce qui a davantage renforcé ma confiance. J’étais un optimiste implacable, particulièrement en ce qui concerne le jeu.

Treize ans après avoir commencé à jouer, je me suis dit : « Je vais abandonner tout ça! » Je me suis déplacé avec ma famille vers une petite ville dans un autre état pour m’éloigner de la scène du jeu. Mais le changement d’adresse ne m’a pas changé. J’ai trouvé de nouvelles occasions de parier, et ma dépendance est devenue pire que jamais. Cela a continué pendant encore quatre ans.

J’étais un optimiste implacable, particulièrement en ce qui concerne le jeu.

En tant que bon vendeur, je savais manipuler les autres dans le but de faire ce que je voulais. Il s’est avéré que j’étais aussi très fort pour me persuader que quelque chose était bien alors que ça ne l’était pas.

Jamais je n’aurais pensé que ma dépendance me pousserait à mal faire. Mais une fois, alors que j’étais à court d’argent, j’ai encaissé le chèque d’un client et j’ai pris l’argent pour moi, persuadé que je pourrais trouver le moyen de le rembourser avant que mon patron ne s’en aperçoive. Mais il l’a découvert et m’a renvoyé. J’aurais pu finir en prison, mais je l’ai remboursé, et il ne s’est pas montré à la cour pour témoigner contre moi.

J’ai toujours eu le profond désir de prendre bien soin de ma famille, mais ma dépendance au jeu a pris le dessus sur ce désir. Ma vie est devenue de plus en plus désordonnée, au détriment de ma famille. J’ai perdu deux maisons et j’ai presque perdu ma femme à cause de ma dépendance.

Mais le jour où je me suis rendu compte que je pouvais perdre ma femme, je me suis réveillé de ma torpeur.

Malgré tout, ma famille a persisté dans son amour pour moi. Elle ne m’a jamais importuné, mais elle n’a pas hésité à me dire la vérité. Je n’oublierai jamais ce qu’un membre de ma famille a dit : « C’est le monde de Sandy et nous ne sommes que des personnages secondaires pour lui. »

C’était vrai. J’étais égocentrique, agressif, compétitif, arrogant et excessivement optimiste — un joueur invétéré qui ne se souciait point des autres. Pour une raison quelconque, ma femme ne m’a jamais quitté — mais elle est tombée dans une dépression profonde. Il y avait des jours où elle restait au lit sans même se lever pour nourrir les enfants. Nous n’étions mariés que de nom; il n’y avait plus d’intimité entre nous. Mais le jour où je me suis rendu compte que je pouvais perdre ma femme, je me suis réveillé de ma torpeur pour déclarer définitivement : « C’en est fini. Je bannis le jeu de ma vie dorénavant! »

Et depuis ce jour, c’est le cas. Peut-être tu te sens coincé par ta dépendance. Cela peut vraiment t’aider d’en parler. Remplis le formulaire ci-dessus, et quelqu’un de notre équipe te contactera très prochainement, en toute confidentialité.

Source de la photo: Charles Dyer