C'en est trop…

J’ai commencé à fumer de la marihuana à l’âge de 8 ans. Mon grand-père l’utilisait pour des raisons médicales. Je le voyais donc en fumer tout le temps. Si jamais il en laissait traîner, je la prenais et j’allais la fumer dehors.

Nous avons déménagé lorsque j’avais environ 12 ans; emménager à un nouvel endroit est difficile à cet âge. Même un an après, je n’avais que deux amis. J’ai commencé à fumer de la marihuana plus souvent pour me sentir mieux. Un jour, mes deux amis m’ont suivi dans les bois et m’ont surpris en train de fumer. Ils m’ont abandonné comme ami, et ont passé près d’un an et demi sans m’adresser la parole. Moi, qui trouvais que deux amis c’étaient trop peu, je me retrouvais maintenant sans amis.

J’étais vraiment déprimé. N’avoir personne à qui parler déprimerait n’importe qui. J’ai commencé à prendre des drogues plus dures, ce qui m’a laissé sans le sou. J’ai donc commencé à vendre de la marihuana. Les affaires marchaient vraiment bien et je me suis fait beaucoup d’argent, sans que mes parents se doutent de rien.

J’avais décidé que j‘allais soit mettre fin à ma vie cette nuit-là, soit fumer toute la marihuana que j’avais dans ma chambre

Malgré cela, j’étais vraiment, vraiment au plus bas. J’avais l’impression que personne ne me comprenait vraiment. La drogue était la seule chose qui me faisait oublier mon mal de vivre. Quelques fois, lorsque j’étais vraiment déprimé, je jouais à la roulette russe : je chargeais une balle dans une arme à feu et j’appuyais sur la gâchette en dirigeant l’arme vers ma tête.

Dans la nuit du 3 janvier 2015, j’ai fumé une quantité importante de marihuana. J’avais décidé que j‘allais soit mettre fin à ma vie cette nuit-là, soit fumer toute la marihuana que j’avais dans ma chambre, d’une valeur de 200 $. J’avais un couteau; mon plan était de me couper les veines. Mais comme la musique jouait trop fort, ma mère est entrée dans la chambre. Elle a compris ce qui se passait et a eu peur. Elle a cru que la marihuana appartenait à mon grand-père. Elle a appelé mon père qui est venu et a aussi paniqué.

Mon père et moi nous entendions mal à l’époque, et donc sa présence ne faisait qu’empirer la situation. Il a menacé d’appeler mon grand-père, ce qui allait lui causer des problèmes. Comme j‘avais toujours le couteau en main, je l’ai pointé vers mon père. J’ignore comment ma mère a réussi à me prendre le couteau des mains, mais elle l’a fait. Cette nuit a été un moment décisif dans ma vie. Cela m’a vraiment fait peur.

Après cet incident, j’ai commencé à recevoir de l’aide pour surmonter ma dépression. J’ai été sous antidépresseurs et j’ai commencé à voir un conseiller. Je n’ai plus jamais touché à la marihuana depuis cette fameuse nuit de janvier, et ma vie s’est améliorée. J’apprends à mieux gérer mes émotions grâce au taekwondo. Je me suis également fait beaucoup d’amis.

Il se peut que comme moi, tu te sentes seul ou mal compris. Peut-être même songes-tu à mettre fin à tes jours. Tu n’as pas à vivre ces moments sombres seul. Si tu remplis le formulaire ci-dessous, l’un de nos accompagnateurs bénévoles se fera un plaisir de te répondre d’ici peu.

Source de la photo : Colton Witt