Au-delà de mes compétences

J’ai grandi sans la présence régulière de mon père, car j’étais le fruit d’un adultère de sa part. De ce fait, ma relation avec mon père a été gardée secrète pendant plusieurs années. En grandissant, je ne le voyais que quelques petites heures par semaine, et ce n’était que pour jouer ensemble, comme avec des copains.

Dès mon entrée au lycée, j’ai fait de mauvais choix qui m’ont conduit peu à peu à la débauche et à une dépendance à la drogue et à l’alcool.

Il y a eu de violentes batailles devant les tribunaux, des montagnes russes émotionnelles et ce questionnement incessant : « Comment vais-je m’en sortir? »

Vers 30 ans, j’ai eu une enfant avec une femme que je connaissais à peine. Les choses étaient difficiles entre elle et moi depuis le début, et ce, sur tous les plans. Il y a eu de violentes batailles devant les tribunaux, des montagnes russes émotionnelles et ce questionnement incessant : « Comment vais-je m’en sortir? »

Tout ce que je voulais, c’était d’être un papa pour ma fille et lui donner tout l’amour et l’attention que je n’avais moi-même jamais reçus de mon père en tant qu’enfant. Sa mère ayant obtenu la garde principale de ma fille alors qu’elle était encore bébé, je ne la voyais que les week-ends et quelquefois en semaine.

Très tôt, j’ai bataillé pour être un père dans la vie de ma fille. Je faisais encore de mauvais choix tels que boire ou coucher avec n’importe qui. Sa mère et moi étions constamment en désaccord, et l’argent se faisait rare. Il fallait que les choses changent – et vite. Étant donné que la mère de ma fille et moi ne parlions presque jamais, j’ai dû apprendre tout seul ce que s’occuper d’un bébé implique, notamment la gestion du temps, le changement des couches, l’alimentation, et l’interaction avec ma fille. Bien que je n’aie pas eu de véritable modèle en grandissant, j’ai assez rapidement compris quel était mon rôle.

Juste avant que ma fille n’ait un an, j’ai fait un virement à 180 degrés. J’ai développé ma foi, j’ai intégré un groupe d’hommes désireux d’exceller en tant que papa, et finalement j’ai rejoint de bon gré un groupe de soutien pour pères célibataires.

Ne vous méprenez pas, la vie était toujours difficile… mais je pouvais enfin voir la lumière au bout du tunnel! Au fil des années, j’ai continué à m’épanouir. Ma foi étant plus forte, j’ai été définitivement libéré de toute dépendance et j’ai trouvé un emploi stable. J’ai abandonné certaines mauvaises habitudes, et j’en ai adopté de plus saines. Je me suis investi corps et âme à être un super papa et j’ai tiré des leçons de mes erreurs passées. Aujourd’hui, ma fille et moi avons une relation extraordinaire. Et même si je n’en ai pas la garde principale, je reste son papa.

J’ai survécu à des moments horribles, et bien que je doive continuer à surmonter certains défis, je demeure confiant, car je suis plus équipé que jamais pour élever ma fille comme je devrais.

Es-tu un père célibataire qui affronte des défis liés à ton rôle de papa, qu’il s’agisse de gérer la relation avec l’autre parent, d’être un bon papa, ou de faire face à la perte d’un être cher? Si tu veux en parler, n’hésite pas à remplir le formulaire ci-dessus, et l’un de nos bénévoles se fera un plaisir de t’écrire d’ici peu.