Une pièce carrée dans un trou rond

Je voulais vraiment, vraiment être un garçon. C’est peut-être parce que trois de mes frères et leurs amis m’ont entourée quand j’étais enfant. C’est peut-être parce que j’avais un père si fantastique… Je ne sais pas.

Mais pour une raison quelconque, quand j’étais jeune, j’ai fait de mon mieux pour ressembler aux garçons en m’habillant et en agissant comme eux.

Mon père nous coupait les cheveux quand nous étions jeunes et à chaque fois, je lui demandais de couper les miens le plus court possible, comme mes frères. Il n’a jamais consenti à me faire une coupe à la garçonne, mais il acceptait de me les couper très courts. Mes parents m’ont laissée porter des shorts et des pantalons au lieu de jupes et de robes. Chaque fois qu’ils parlaient de mes manières de « garçon manqué », ma mère disait simplement : « Ne t’en fais pas. Elle se fera tranquillement une identité. »

J’ai eu la chance d’avoir des parents si faciles à vivre. Pendant mon enfance, on m’a laissé libre de me promener dans les broussailles qui entouraient notre maison, de faire du vélo pendant des journées entières, de grimper aux arbres, de construire des forts, de recueillir des échantillons de roches et d’étudier toutes sortes de sciences. Mes parents m’ont laissée aller skier seule, construire et utiliser des sauts à ski avec mes frères et jouer au hockey, au soccer, au baseball et au basketball avec les garçons. Ils ne m’en voulaient pas de m’amuser avec des camions et des voitures, de fabriquer toutes sortes d’objets avec des blocs de bois ou des jeux Mecano et Lego et d’avoir beaucoup de plaisir à le faire.

J’étais différente de la plupart des filles. J’étais bizarre!

Comme tous mes frères et sœurs (nous étions sept enfants), j’ai fait la vaisselle, épousseté les meubles, lavé les fenêtres et nettoyé les chambres. Cependant, ce que j’aimais le plus, c’étaient les choses de « papa », comme aider à réparer les voitures, mélanger le ciment, construire, peindre les murs et pelleter.

Si mon monde s’était limité à ma famille, je n’aurais peut-être jamais réalisé que je n’étais pas comme la plupart des filles. Cependant, je suis allée à l’école et j’ai commencé à essayer de me faire des amis avec d’autres filles.

C’est alors que j’ai découvert que mon monde imaginaire était différent du leur. Elles voulaient jouer à « Maman » avec des poupées, alors que je voulais m'imaginer en train d'explorer le Grand Nord. Elles aimaient porter des rubans, des robes et des chaussures habillées alors que je trouvais ces vêtements très peu pratiques pour sauter, glisser, courir, skier et me suspendre la tête en bas sur des structures de jeux.

Mes champs d’intérêt étaient différents. Mes goûts et mes priorités me distinguaient d'elles. J’étais différente de la plupart des filles. J’étais bizarre.

Bien sûr, finalement, la puberté a frappé (plus tard que la moyenne pour moi) et je ne pouvais plus nier que j’étais une fille. Bien que je n’ai jamais appris à aimer le cycle menstruel que mon corps m’imposait, j’ai fini par apprécier mon apparence dans un maillot de bain. Quand j’ai développé mon premier intérêt pour un garçon, je savais que j’étais une fille, même si j’étais un peu bizarre.

La solution était facile : ignorer les stéréotypes et simplement être moi-même.

Adolescente, j’ai réalisé que le problème avec lequel j’avais lutté quand j’étais enfant n’avait rien à voir avec mon sexe. J’ai lutté contre les stéréotypes sexuels de mon époque qui m’imposaient un amour des choses que je n’ai jamais appréciées, qui m’interdisaient de faire ce que je voulais vraiment et qui dictaient certains domaines d’études ou de carrière qui ne me plaisaient pas.

Quand j’ai réalisé que le vrai problème était des stéréotypes contraignants, la solution était facile : les ignorer et simplement être moi-même.

Comme ma mère l’avait prédit, j’ai découvert ma propre identité.

Aujourd’hui, j’entends beaucoup de gens parler de questions de genre et je suis très reconnaissante envers mes parents qui se sont simplement dit : « Ne t’inquiète pas, elle se fera tranquillement une identité. » Ils m’ont laissée libre de poursuivre mes intérêts et mes rêves, aussi uniques soient-ils, sans jamais me dire une bêtise comme « les filles ne devraient pas faire de telles choses ».

Si les gens vous font la vie dure simplement parce que vous ne correspondez pas à leurs stéréotypes, vous n’avez pas à le vivre seul. Remplissez le formulaire ci-dessous et l’un de nos accompagnateurs se fera un plaisir de vous encourager à découvrir la personne unique et merveilleuse que vous êtes.

Source de la photo Tanakawho