Soigner les blessés

« Tu sais, maman, "Les liens de sang sont plus forts que tout." » Les mots étaient durs à avaler. Mon fils de 22 ans commentait son éducation et sa conclusion était claire : j'aurais dû lui donner la priorité sur mon nouveau mari. Je crois que pour assurer la sécurité de mes enfants, il est préférable de faire passer mon mari en premier, mais en arrivant dans une famille recomposée, ils ont assimilé et vu les choses différemment. Quand je me suis mariée avec Tom, il était très naturel pour mes deux garçons de 2 et 4 ans de considérer qu’ils étaient plus importants et qu’ils auraient dû recevoir plus d’attention. Clairement, même 18 ans plus tard, certaines de ces opinions persistent.

Pendant notre préparation au mariage, nous pensions être prêts. Nous avions cette vision naïve et idéaliste. Bien sûr, il y aurait des défis, mais nous avions lu sur le sujet et nous nous sentions capables de mettre en pratique nos apprentissages. Cependant, Tom ne s'attendait pas à toutes les émotions auxquelles il ferait face et j’ai vite réalisé que je n’avais pas géré toute la douleur de l’abandon et de la trahison de mon premier mariage.

Mes blessures ont commencé à nous faire souffrir. J’avais des doutes obsédants en ce qui concernait la fidélité de Tom. Il ne m’a jamais donné de raison de penser qu’il me trompait, mais j’ai quand même eu du mal à lui faire entièrement confiance. Quand il se préparait le matin, tentant d’avoir l’air propre et professionnel pour son emploi, je craignais parfois qu’il se prépare pour rencontrer « quelqu’un », comme mon ex. Cela a affecté les enfants aussi. Dans la peine et la douleur, Tom était parfois trop exigeant envers les garçons.

Lisez la perspective de mon mari Tom

Entre les disputes permanentes avec mon ex-conjoint, les tensions dans notre mariage et les nouveaux enfants que nous avons eu en commun, il y avait beaucoup à gérer. Même des discussions apparemment bénignes, comme la planification des vacances ou de Noël, pouvaient dégénérer en conflits majeurs.

J’ai eu la garde des enfants pendant presque toute leur jeunesse. Tom s’occupait des échanges, ce qui a exigeait parfois des trajets de 6 heures en voiture ; il était épuisé. Je suis vraiment reconnaissante qu’il ait été prêt à le faire. Nous n’avons jamais vécu de réconciliation avec mon ex et sa conjointe. Elle était la femme avec qui il m’avait trompé et avec qui il s’était marié après m’avoir quitté alors j’avais très peu de motivation à développer une relation avec elle. Tom a essayé de communiquer avec mon ex à quelques reprises. Peut-être que nous aurions pu faire plus d’efforts… Je ne sais pas.

Quand j’entendais quelqu’un dire que le père de ses enfants n’est pas du tout impliqué, une partie de moi disait : « Oh, ce serait bien si c’était le cas pour moi aussi. »

Au fil des années, mon ex-conjoint a tenté de convaincre les garçons d’habiter avec lui. Il nous a trainés devant le tribunal à plusieurs reprises dans le but d’obtenir la garde, même si le juge m’a toujours donné raison. J’avais l’impression que mon ex cherchait constamment à miner notre autorité dans leur vie. Je pense qu’en réalité, il voulait obtenir plus de ressources pour sa nouvelle famille en ne payant plus la pension alimentaire.

Les batailles judiciaires nous mettaient beaucoup de pression. D’un côté, Tom désirait me laisser m’en occuper seule, mais par moments, il voulait intervenir et essayer de prendre le contrôle.

Au risque d’être trop transparente, quand j’entendais quelqu’un dire que le père de ses enfants n’est pas du tout impliqué, une partie de moi disait : « Oh, ce serait bien si c’était le cas pour moi aussi. » Je savais que mes garçons avaient besoin de leur père, mais leur relation était devenue compliquée et émotionnellement épuisante pour tout le monde. Finalement, ils sont arrivés au point où ils voulaient aller vivre avec leur père. Désormais adolescents, ils nous parlaient des libertés que leur père leur promettait et nous reprochaient d’être trop restrictifs. « La maison de papa » est devenue l’herbe la plus verte. J’ai fini par accepter de les laisser partir; j’étais tellement épuisée de me battre. Même si je pensais que ce n’était peut-être pas mieux pour eux, j’espérais qu’ils s’en rendraient compte et qu’ils désireraient rentrer à la maison par eux-mêmes.

Mon fils aîné m’a dit quelque chose de très révélateur l’été dernier : « Je ne t’ai pas fait part de la douleur que je ressentais. »

Mon aîné avait dix-sept ans lorsqu’il est allé vivre avec son père. Son frère a fait la même chose quand il avait seize ans. En l’espace d’un an, l’état de mon aîné s’est rapidement détérioré : il a développé une dépendance à la drogue et il s’est fait expulser de chez son père le jour de ses dix-huit ans. Mes deux fils sont maintenant en désintoxication et sont suivis en thérapie. Depuis, ils sont tous deux revenus vivre avec nous par moments.

Mon fils aîné m’a dit quelque chose de très révélateur l’été dernier : « Je ne t’ai pas fait part de la douleur que je ressentais. » Je pense que beaucoup d’enfants sont doués pour cacher leurs blessures émotionnelles. Il faut un parent très sage pour être conscient de ce qui se passe sous la surface. J’ai appris que je ne peux pas attendre ces moments trop rares où ils vont me partager le fond de leur pensée. Je dois être intentionnelle et réellement prendre le temps de les écouter. Cela demande beaucoup d’humilité parce que je m’ouvre à des choses que je ne veux pas entendre. C’est être prête à devenir un paratonnerre pour encaisser une partie de leur douleur — même si ça semble toxique.

C’est difficile, mais nous avons aussi dû apprendre à nous détacher un peu émotionnellement. Nous sommes là pour eux. Cela ne va pas changer, mais il est utile de comprendre qu’ils sont maintenant des adultes qui font face à leurs propres blessures.

Il n’y a pas d’échéancier pour ce genre de processus.

Avec du recul, je pense qu’il aurait été sage de notre part de trouver quelqu’un — un parti neutre — à qui mon aîné aurait pu se confier. J’aurais aimé avoir recours à des services de counseling en famille pour nous aider à régler certains problèmes ensemble. À cause de sa dépendance à la drogue, il est forcé de suivre une thérapie et de découvrir la souffrance qu’il tente de soulager. Peut-être qu’il serait dans un meilleur état aujourd'hui si nous avions été chercher de l’aide plus tôt.

Avoir une famille reconstituée n’est pas une tâche facile. Il y a des couches et des couches de complexité. C’est épuisant. Si vous luttez pour voir à travers le brouillard et la douleur de tout cela, je veux que vous sachiez que vous n’êtes pas seuls. Nous avons des mentors confidentiels qui vous écouteront et vous offriront leur soutien. Laissez-nous vos coordonnées ci-dessous et vous aurez bientôt des nouvelles d’un membre de notre équipe.


Tu peux en parler avec quelqu'un, en toute confidentialité.


Veuille remplir le formulaire ci-dessous pour nous permettre de te contacter en toute confidentialité.

Sexe:
Âge:

L’indication de votre âge et de votre genre nous aide à vous assigner un accompagnateur propice. Conditions & Confidentialité.

De tels défis peuvent sembler insurmontables. Si tu songes à te blesser ou à blesser une autre personne, veuille lire ceci!