Nous avons pris l’avion plusieurs fois par an en famille, même lorsque nos enfants étaient tout petits. À travers les épreuves et les erreurs, j’ai appris à suivre certains principes utiles :

1. Arriver tôt: Arriver deux heures avant un vol peut sembler exagéré, mais avec les mesures de sécurité d’aujourd’hui, il est nécessaire de prévoir plus de temps pour passer à la zone d’embarquement, surtout si vous voyagez avec un enfant, ou deux, ou trois. Certains aéroports ont des aires de jeux près des portes d’embarquement pour encourager les enfants à dépenser un peu d’énergie avant d’embarquer. Utilisez-les!

2. Réserver ses places le plus tôt possible. Lorsque vous réservez les vols, indiquez que vous voyagez avec un enfant et qu’il est impératif que vous soyez assis ensemble, et choisissez vos places dès que possible pour vous assurer que c’est le cas. N’attendez pas d’être à la porte d’embarquement pour essayer de changer les places, car il est très probable que ce soit trop tard. Vous ne voulez pas vous retrouver dans le couloir, votre bébé dans les bras, essayant de changer de place avec d’autres passagers qui seront ennuyés par votre demande et vous regarderont d’un air inquiet, pensant que votre enfant va sans doute crier toute la durée du vol.

3. Emporter un siège d’auto. Si vous avez réservé un siège pour votre jeune enfant, je vous conseille d’emporter son siège-auto : cela facilite les choses du fait que l’enfant c’est pratique pour y installer les jeunes enfants quand ils s’endorment et c’est plus rassurant pour la maman, qui peut aller aux toilettes sans le souci de laisser son enfant dans les bras d’un inconnu. Indiquez-le à l’agent au moment de la réservation et de l’enregistrement, car les sièges-auto pour enfants doivent être à côté de la fenêtre et ne peuvent être installés près des sorties d’urgence.

4. Ne pas s’asseoir au premier rang. Avoir un peu plus de place pour les jambes et n’avoir personne devant vous peut sembler tentant, mais il n’y a pas de place pour mettre un sac à vos pieds. Tout ce dont vous aurez besoin pour le bébé devra être mis dans les compartiments au-dessus de votre tête et ne sera pas accessible pendant le décollage et l’atterrissage.

5. Apporter une poussette-canne. Elles ne sont pas très chères (même si vous ne l’utilisez que pour un voyage, ça vaut la peine. Vous pouvez aussi l’acheter dans un magasin d’occasion). Vous pourrez accrocher des bagages aux manches pour vous rendre à la porte d’embarquement, ce qui facilite votre tâche, d’autant plus que dans certains grands aéroports, le trajet peut prendre jusqu’à 20 minutes. Les poussettes-cannes se plient rapidement aussi. Une fois à la porte d’embarquement, demandez à l’agent d’enregistrer votre poussette. Vous recevrez un ticket pour la récupérer à l’arrivée.

6. Profiter de l’embarquement prioritaire. Certaines compagnies aériennes proposent aux personnes voyageant avec des bébés ou des enfants en bas âge de les embarquer en premier afin de leur donner plus de temps pour s’installer dans l’avion. Ne soyez pas timide; si vous entendez l’appel pour les personnes en fauteuil roulant ou pour les familles avec jeunes enfants, allez vers la porte d’embarquement. Et si l’agent oublie l’appel pour les passagers prioritaires, allez vous présenter à lui et dites-lui : « Je voyage avec de jeunes enfants. Je souhaite être prioritaire. Je pense que vous avez oublié de faire l’appel. »

7. Utiliser un sac à dos. Un sac à dos est plus pratique qu’un sac en bandoulière pour se déplacer dans le couloir étroit de l’avion.

8. Choses à inclure dans votre bagage à main

9. Vérifier les mesures de sécurité. Visitez le site de la compagnie aérienne avant votre départ pour vérifier s’il y a eu changement dans les mesures de sécurité. Il y a aujourd’hui des lois limitant les liquides et autres objets autorisés dans le bagage à main.

10. Ma mère m’a toujours dit que l’on attrape plus d’abeilles avec du miel qu’avec du vinaigre. En d’autres mots, la politesse est de mise. Cela dit, il faudra parfois insister gentiment, mais fermement, pour obtenir l’aide dont on a besoin. Et si vous n’obtenez toujours pas l’aide nécessaire, n’hésitez pas à appeler à la compagnie aérienne ou à y écrire pour leur indiquer les obstacles que vous avez rencontrés. Certaines compagnies aériennes s’adaptent mieux aux besoins des enfants et de leurs parents que d’autres. N’hésitez donc pas à vérifier les services offerts aux parents lorsque vous choisissez vos vols. Bon voyage!

Traduction: Marie-Agnes Van Peuter




Auteur de cet article : Erin Gilday.

Credit photo : Valeria Zoncoll