Lorsque nous nous mettons à l’écoute des gens, ceux-ci se sentent valorisés, respectés, intéressants et importants. Nous pouvons ainsi passer de conversations superficielles à des dialogues profonds. Lorsque nous écoutons les autres, cela les encourage à écouter à leur tour, car en les écoutant, nous leur offrons un modèle de ce qu’est une communication saine et efficace.

Bienfaits d’une écoute active

Les études démontrent que nous pouvons apprendre à mieux écouter en venant à mieux comprendre les principes d’une bonne communication.

Techniques d'écoute

L’écoute active est tout simplement une façon pratique de faire pour les autres ce que nous voulons qu’ils fassent pour nous. Pour apprendre à mieux écouter, il suffit de réfléchir à comment nous voulons que les autres nous écoutent.

Bien que ces techniques soient plutôt intuitives, il faut tout de même les pratiquer pour les améliorer. Voici donc quelques conseils pour mieux écouter les autres :

  1. Regardez bien en face la personne qui parle. Démontrez votre intérêt en vous penchant légèrement vers elle ou en vous asseyant bien droit.
  2. Regardez la personne dans les yeux, mais seulement aussi longtemps que vous vous sentez à l’aise de le faire.
  3. Évitez les sources de distraction. Éteignez la télé. Mettez de côté votre livre ou votre magazine, votre téléphone ou votre ordinateur, et demandez à votre locuteur de faire de même.
  4. Offrez des commentaires propices qui les encouragent à continuer à parler. (« Ah oui? », « Vraiment? », « Que s’est-il passé ensuite? », etc.)
  5. Concentrez-vous sur les paroles du locuteur. Évitez de penser à ce que vous pouvez dire. Cherchez plutôt à encourager la personne à dire tout ce qu’elle a à dire avant de parler à votre tour.
  6. Ne laissez pas vos pensées vous distraire. Lorsque vous constatez que vous n’écoutez plus, fixez de nouveau votre attention sur les paroles du locuteur.
  7. Gardez l’esprit ouvert. Attendez que le locuteur ait dit tout ce qu’il avait à dire avant de partager votre vision des choses. Ne cherchez pas à lire dans les pensées de l’autre. Cherchez plutôt à mieux comprendre ce qu’il dit.
  8. N’offrez pas de conseils à moins que le locuteur vous le demande de les offrir. Souvent, tout ce qu’il lui faut, c’est une écoute attentive et compatissante.
  9. Même lorsque le locuteur se plaint de vous, attendez qu’il ait fini de parler avant de chercher à clarifier les choses. Ainsi, le locuteur saura que vous écoutez vraiment et cherchez à le comprendre. Il ne sentira pas le besoin de se répéter, et vous comprendrez toutes les raisons de sa plainte avant d’y répondre. Selon les études en communication, nous pouvons écouter quatre fois plus rapidement que nous pouvons parler, et donc, nous pouvons évaluer les pensées du locateur en les entendant… tout en continuant d’écouter.
  10. Participez pleinement à la discussion. Posez des questions de clarification, mais seulement une fois que le locuteur a terminé de parler. Évitez de l’interrompre. Après avoir posé vos questions, cherchez à reformuler ses réponses pour vous assurer que vous avez bien compris ses propos. Vous pourriez commencer ainsi : « Alors, si je comprends bien, tu dis que… »

Travailler à améliorer votre écoute active, c’est aussi apprendre à gérer les pauses et les silences. N’ayez pas peur du silence. Laissez au locuteur tout le temps qu’il lui faut pour réfléchir à ce qu’il veut dire. Utilisez ces moments de silence pour réfléchir à ce qu’il a dit dans l’espoir de mieux comprendre son point de vue, ainsi que le vôtre.

Les gens noteront toute amélioration dans ce domaine en vous qualifiant d’excellent communicateur. Récemment, un de mes amis m’a dit qu’il trouvait que je communiquais très bien. J’avais prononcé pas plus de quatre mots pendant notre entretien; je m’étais contentée de l’écouter pendant 25 minutes.




Auteur de cet article : Susie Michelle Cortright.

Credit photo : kyle smith