On dit que nous influençons au moins 250 personnes au cours de notre vie. Que vous le sachiez ou non, que vous le croyiez ou non, vous êtes un dirigeant — une personne qui influence les autres. Les huit principes suivants vont vous aider à tirer le meilleur parti de l’influence que vous avez sur les autres :

1. Avoir un rêve qui fera de ce monde un endroit meilleur

Ayons une grande vision — quelque chose qui nous dépasse, un grand défi. Si nous dirigeons nos efforts uniquement vers les choses passagères — vers nous-mêmes, vers l’accumulation de biens matériels, vers les plaisirs — nous allons rapidement devenir insatisfaits et désillusionnés par la vie. Diriger, c’est tout simplement savoir transformer un rêve en réalité en coopération avec d’autres personnes. Pour consacrer notre vie à une cause valable, notre rêve doit être plus important que la vie même. Qu’est-ce qui nous passionne?

2. Travailler en équipe

Nous avons tous certaines des qualités nécessaires à la réalisation d’un grand projet, mais non pas toutes les compétences requises. Nous avons besoin de nous entourer de gens qui combleront nos lacunes. Pour être efficaces, nous avons besoin de travailler avec une équipe. Nous dirigeons avec nos points forts; nous rassemblons notre équipe selon leurs points forts. Il est important que l’équipe travaille ensemble à l’élaboration d’une déclaration de buts et la revoit souvent afin de ne pas perdre de vue ses objectifs. Définissez des objectifs à court et à long terme et faites-en l’évaluation deux à trois fois par an. Cela vous aidera à atteindre vos buts ensemble. Reconnaissez les mérites de chaque membre de l’équipe. Dites « merci » et encouragez-vous mutuellement autant que possible!

3. Viser l’excellence

Il est peu probable que ceux que nous cherchons à influencer adoptent des standards de performance plus élevés que les nôtres. Pour diriger efficacement, nous devons non seulement faire les bonnes choses, mais également bien les faire. Pour enseigner quelque chose à quelqu’un, nous devons savoir le faire. Les dirigeants doivent mettre tous leurs efforts à tout faire avec excellence.

4. Persévérer

Le secret des bons dirigeants se trouve dans l’endurance — le fait de ne pas abandonner. La tentation d’abandonner notre vision surgira à de multiples reprises; nos amis et nos ennemis nous encourageront parfois à tout laisser tomber. Mais refusons de rendre votre tablier. Soyons déterminés. Si nous voulons changer le monde, nous devons faire preuve de persévérance. Les personnes d’influence ne sont pas des personnes surdouées — ce sont des personnes qui ont appris de leurs erreurs et se sont relevées pour essayer encore et encore.

5. S’attendre à de la résistance

Aucun projet ne s’accomplit sans problème. Nous avons quelquefois la fausse impression que nous devrions traverser la vie sans difficulté et que si nous avons des problèmes, cela veut dire que quelque chose ne va pas. Mais la réalité, c’est que tout le monde a des problèmes. Ce qui fait la différence, c’est la façon dont nous les affrontons.** Nous devons assumer nos responsabilités, quel qu’en soit le prix.** Il n’est pas question de nous enfuir ou de mettre la responsabilité sur le dos des autres. Nous allons certainement rencontrer des difficultés. Préparons-nous à cela. Si nous savons que nous faisons ce qu’il faut faire, nous serons déterminés à surmonter les problèmes, plutôt que de les laisser nous envahir. La capacité à affronter les difficultés et à les régler en prenant de bonnes décisions fait la différence entre un dirigeant et un simple soldat.

6. Diriger, c’est servir

Je n’en reviens pas de constater que souvent les gens veulent le poste de dirigeant, mais non les responsabilités qui l’accompagnent. C’est naturel que de vouloir fuir les responsabilités; néanmoins, si nous voulons exercer une influence positive et durable sur les gens qui nous entourent, nous devons y mettre tous nos efforts. Cela veut dire être prêt à résoudre des problèmes ou à donner des directives aussi souvent que nécessaire. Être dirigeant, c’est servir les autres.

7. Viser l’excellence morale

Selon une étude, nous racontons tous des mensonges chaque jour, allant de fausses excuses pour un comportement jusqu’à des expressions comme : « Je ne veux pas vous déranger, mais… » Nous devons admettre que nous ne sommes pas toujours aussi honnêtes que nous devrions l’être. Nous ne devons donc pas nous attendre à ce que notre personnel fasse le bien s’il nous voit faire du mal. Il est primordial d’avoir un code éthique sur lequel fonder nos décisions et notre manière de vivre. Sur quelles valeurs repose notre comportement? Respectons-nous notre code éthique? Avons-nous des convictions fermes qui nous font dire « je ne ferai jamais cela » ou « il n’en est pas question »? Sinon, il faut développer un code éthique pour soi-même et son équipe. Sans de telles balises, il est trop facile de faire des choses que nous regretterons plus tard.

8. Chercher la direction de Dieu

L’ancienne directrice de la Croix rouge d’Amérique, Elizabeth Dole, a déclaré : « Il m’est vraiment important de savoir que je me fis à une puissance supérieure. À l’âge de trente-deux ans, j’ai confié la direction de ma vie à Dieu. Chaque fois que j’entreprends une tâche difficile ou que je dois prendre une décision grave, je suis contente de ne pas avoir à me reposer sur ma force, ma sagesse et mon propre jugement. »

** Il y a vingt-quatre ans, je me suis rendu compte de mon besoin de Dieu**. Les buts que je m’étais fixés ne me satisfaisaient pas et même mes relations ne répondaient pas à attentes. À l’âge de trente-deux ans, j’ai confié la direction de ma vie à Dieu, et cela m’a profondément transformée.

Si vous voulez en connaître plus à ce sujet, je vous invite à lire l’article [https://mesdefisjenparle.com/nous-sommes-la](Là pour toi).

Si vous aimeriez discuter du contenu de cet article, n’hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous et l’un de nos accompagnateurs en ligne se fera un plaisir de répondre à votre message en toute confidentialité.




Auteur de cet article : Katherine J. Kehler.

Credit photo : Guilherme Stecanella