Les gens ne sont pas parfaits, pas plus que le monde dans lequel nous vivons. Donc, nous ne devrions pas être surpris si nos relations ne le sont pas non plus, car les conflits sont inévitables. Les experts disent que les conflits font partie de chaque mariage en bonne santé et ceci est aussi vrai pour toutes les relations amoureuses. Apprendre comment faire face aux désaccords avec son partenaire constitue un grand pas dans la bonne direction.

Dave Currie, conseiller et conférencier sur le mariage et riche d’une expérience de 25 ans comme pasteur et professeur, a discuté avec moi de quelques aspects importants dans la résolution de conflit. Des milliers de couples ont assisté à ses conférences sur le mariage partout dans le monde. Lorsqu’elles sont mises en pratique, ces méthodes aident à régler des différends sans permettre que la déception, l’amertume et la colère prennent le dessus.

Avant que le conflit ne débute

Votre façon d’agir dans une relation, avant que les conflits n’apparaissent, a un grand impact sur la manière d’y faire face. Voici des comportements et des attitudes que vous pouvez mettre en pratique dès maintenant et qui vont permettre d’appréhender plus facilement les désaccords. Par conséquent, ils endommageront moins votre relation.

  1. Déterminer une stratégie à l’avance. Mettez-vous d’accord sur la façon de résoudre le conflit avant que toute discussion tendue et difficile n’ait lieu. Décidez de la manière de vous comporter et de ce que vous allez faire tous les deux faire face aux différences d’opinions. Par exemple, vous pourriez vous accorder pour débattre d’un seul problème à la fois (voir plus bas). Ceci est particulièrement important dans les premières années d’une relation à long terme (les 10 à 15 premières années).
  2. Stabiliser son « compte en banque ». Faites autant de versements que de retraits. Le meilleur moyen d’avoir une bonne relation est de se surprendre chacun à faire des choses qui sont appréciées. Dites-le à votre partenaire quand vous le voyez faire quelque chose qui vous plaît. Donnez le ton à la relation en affirmant ces « versements ». Si vous ne faites que des « retraits », en vous plaignant toujours et en pointant ses bévues, vous donnerez l’impression que vous êtes impossible à plaire. Entraînez-vous à anticiper et soyez sensible aux réactions de l’autre.
  3. Pratiquer des façons de dire les choses. C’est un autre élément d’encouragement qui est utile pour renforcer un mouvement dans la direction désirée. Par exemple, au lieu de mentionner : « Je déteste que cet endroit soit sale! », il est préférable de commenter : « Je vois que tu n’es pas libre. Puis-je t’aider à ramasser? » Souvenez-vous qu’il y a souvent de meilleures façons d’obtenir le résultat que vous recherchez.

Lorsque vous n’êtes pas d’accord

Avec une stratégie déterminée, vous avez déjà fait un pas pour régler le désaccord dès le début. Lorsque vous vous trouvez dans le conflit, rappelez-vous que l’objectif est de découvrir une solution qui profite aux deux parties et qu’aucun de vous n’a besoin de « gagner ». Ne provoquez pas une réaction de votre partenaire; vous êtes tous les deux dans le même bateau.

  1. Se mettre d’accord pour fixer un temps précis pour vous asseoir et parler du problème. Décider de discuter d’une situation délicate lorsque l’autre est occupé à une tâche ou en train d’écouter la télévision n’est pas l’idéal. Il est préférable de prendre rendez-vous afin d’avoir une conversation sans distraction.
  2. Prioriser les priorités. Parfois, on voudrait tout régler en même temps. Il faut s’efforcer de résoudre des difficultés selon un ordre établi, ce qui contribuera à maintenir le calme. Donc, identifiez les priorités, en vous assurant de traiter du problème n° 1. Si les choses vont bien, allez au deuxième, sinon, prévoyez un autre moment pour en discuter.
  3. Dites « je » plutôt que « tu ». Ceci permet à chacun de ne pas se mettre sur la défensive. Réalisez que les mots sont importants. Selon la manière dont on les utilise, ils peuvent apporter soit la destruction, soit la guérison. Le mot « tu » est souvent associé à l’accusation et peut mener à des conflits. Il est mieux de parler de sa propre perception en utilisant le « je », par exemple, « je n’aime pas » ou « j’ai l’impression que ».
  4. Pour éviter les malentendus, aller au-delà des problèmes. « Je n’avais pas compris cela ». « Je pensais que c’était cela que tu voulais dire ». Combien de fois avez-vous entendu ou dit ces paroles? Il est si facile de faire des suppositions. Faisons attention d’écouter activement l’autre personne et de nous efforcer de clarifier les malentendus.
  5. Partager son point de vue sans un débordement d’émotions. Aussi difficile que cela puisse paraître, il est préférable de partager son point de vue en évitant d’être très agités; les émotions sont parfois vues comme de la manipulation. Toutefois, il est mieux de parler calmement que d’esquiver le sujet.

Comment votre relation se porte-t-elle? Est-ce que la communication est compliquée entre vous? Si tu as du ressentiment et de la colère qui s’est accumulée avec le temps, il est vital de trouver des façons pour enlever ces sentiments toxiques.




Auteur de cet article: stephanie-coutino

Source de la photo: Alex Iby