Découvrir le secret de l’amour

« Une vie sentimentale épanouie, comment en avoir une? Comment être pleinement satisfait par sa vie sexuelle? »

Une multitude de gens se posent de telles questions. Pourquoi? Parce qu’avoir du plaisir et se combler émotionnellement sont deux aspects majeurs de la sexualité.

La sexualité occupe beaucoup nos esprits. Selon deux psychologues des universités du Vermont et de Caroline du Sud, 95 % des gens y pensent au moins une fois par jour1. Peut-être vous demandez-vous s’il y a vraiment 5 % des gens qui n’y songent pas?

Se concentrer uniquement sur la technique est l’un des moyens les plus sûrs de passer à côté d’une sexualité dynamique. Bien qu’il n’y ait aucun mal à en apprendre les rudiments, la technique ne garantit rien.

C’est plutôt une bonne relation avec son partenaire qui favorise de bonnes relations sexuelles. Anthony Pietropinto, psychiatre et auteur renommé, et Jacqueline Simenauer, coauteure, ont écrit ceci : « Lorsque des problèmes émotionnels, tels que la colère ou le besoin de contrôler l’autre, se trouvent sur le chemin de l’épanouissement sexuel, le voyage s’interrompt jusqu’à ce que ces conflits soient résolus2. »

Beaucoup de sexologues s’accordent pour dire qu’il faut plus que des compétences techniques pour jouir d’une vie sexuelle épanouie. Ils affirment que les qualités qui contribuent à la réussite de la vie sexuelle sont identiques à celles qui contribuent au succès de toute relation interpersonnelle — des qualités telles que l’amour, l’engagement et la communication.

Qu’est-ce que l’amour?

La déclaration romantique, « je t’aime », s’interprète de différentes manières.

Cette phrase peut signifier : « Je t’aime si — si tu sors avec moi… si tu es agréable à vivre… si tu restes avec moi… si tu acceptes d’avoir des rapports sexuels avec moi. » Ce type d’amour est offert en fonction de ce que l’autre personne fait.

Cette phrase peut aussi vouloir dire : « Je t’aime parce que — parce que tu es beau… fort… intelligent. » Ce type d’amour est offert en fonction des qualités de l’autre. Ces deux types d’amour se fondent sur le mérite.

Il est normal de vouloir être aimé, mais les ennuis commencent lorsque nous offrons ou recevons un amour « si... » ou « parce que ». Pourquoi? La jalousie ou l’insécurité peuvent se manifester si une personne plus belle ou plus intelligente attire sur elle les regards de l’autre. Ceux qui se savent aimés seulement pour leurs points forts peuvent craindre d’avouer leurs faiblesses, et un tel manque de transparence risque d’affecter la relation.

L’amour à son meilleur

L’amour parfait est inconditionnel. Ce type d’amour déclare : « Je t’aime, point final. Je ne cesserai pas de t’aimer si je rencontre une personne plus belle que toi. Je t’aime malgré tes défauts; je t’aime même si tu changes. Tes besoins sont plus importants que les miens. »

Dans une histoire vécue racontée dans le film L’autre versant de la montagne, un jeune couple prévoit de se marier. À priori, il avait tout pour vivre un avenir heureux : popularité, intelligence, beauté, aptitudes sportives. Mais à la suite d’un accident de ski, la femme fut paralysée à vie, et son fiancé l’a quitté.

L’amour de ce fiancé était-il un amour inconditionnel, ou était-ce plutôt un amour « si... » ou « parce que… »?

Pour être épanouissant, l’acte sexuel doit se vivre dans un contexte de sécurité et d’amour inconditionnel. Ainsi, il devient, non plus une recherche égoïste de plaisir, mais l’expression intense d’un amour réciproque.

C’est pour cela qu’un mariage empreint d’amour inconditionnel offre le meilleur contexte possible pour les rapports sexuels.

Un engagement mutuel

L’engagement mutuel est une autre composante d’une relation forte et d’une sexualité dynamique. Deux personnes entièrement engagées l’une envers l’autre renforcent leur relation. Sans engagement mutuel, aucune d’elles n’aura l’assurance d’une relation sûre. La peur de ne pas trouver le soutien de l’autre en cas d’épreuve peut exister. Et cela peut fragiliser leurs liens.

En matière de sexualité, l’engagement total et permanent s’avère tout aussi crucial, car il aide à sécuriser chacun des partenaires. Sachant qu’ils sont acceptés pour la vie, peu importe ce qui se passe, ils se sentent libres d’exprimer leur amour sans crainte de rejet. Un tel engagement peut être à la fois le résultat et l’expression de l’amour inconditionnel. Il contribue à engendrer la satisfaction et la liberté dans l’acte sexuel, ainsi qu’une communication profonde à ce sujet.

La communication

Des aptitudes en communication constituent une troisième qualité à cultiver si l’on désire une relation forte et une sexualité dynamique. L’amour réciproque et l’engagement mutuel doivent être communiqués en parole et en actes. Lorsqu’un problème surgit, les partenaires doivent savoir en parler plutôt que de se murer dans le silence et bouillir intérieurement. Pour reprendre l’expression d’un professeur de sociologie : « Les préliminaires incluent nos rapports quotidiens l’un avec l’autre ». Notre façon de communiquer affecte chaque aspect de notre vie, et chaque aspect de notre vie affecte notre sexualité. Les couples doivent communiquer leurs espoirs, leurs rêves, leurs peurs et leurs blessures, mais aussi les petits détails de la vie courante, s’ils aspirent à une relation épanouie.

L’acte sexuel est une forme de communication. Il ne fait aucun doute que le ressentiment ou la mauvaise communication auront des répercussions sur les rapports sexuels. Albert Richard Allgeier et Elizabeth Rice Allgeier, psychologues, sexologues et auteurs, remarquent que « de nombreux problèmes sexuels pourraient être résolus si les gens se sentaient libres de communiquer à leur partenaire sexuel leur ressenti sexuel3… »

En résumé, comment faire pour vivre une sexualité dynamique? En développant les mêmes qualités nécessaires à la construction de toute relation solide : la capacité d’aimer sans condition, de s’engager de manière totale et permanente, et de communiquer de façon claire et honnête ses désirs et ses besoins. Ces qualités réunies aident à atteindre l’unité et à apporter infiniment de plaisir.

Jusqu’à présent, j’ai présenté l’idée que la sexualité s’épanouit au sein d’un mariage heureux qui manifeste ces trois qualités. Il se peut donc que vous vous demandiez ce qu’il en est des rapports sexuels avant le mariage. Tout en respectant ceux qui seraient d’un avis contraire, je conseille aux couples d’attendre le mariage avant d’avoir des rapports sexuels.

Pourquoi attendre le mariage?

Tout d’abord, il est mieux d’attendre le mariage pour avoir des relations sexuelles pour des raisons pratiques. L’acte sexuel avant le mariage peut nuire au développement d’une relation solide et d’une sexualité dynamique au sein du mariage. Trop souvent, elle s’avère être une expérience égocentrique. Après les rapports, l’un des partenaires pourrait dire « je t’aime » alors que l’autre serait en train de penser « j’aime ça ».

Très souvent, les relations sexuelles en dehors du mariage ont lieu dans l’absence d’un engagement total et permanent, ce qui peut produire un sentiment d’insécurité chez l’un ou l’autre partenaire. Des problèmes à court ou long terme peuvent découler de ce manque de sécurité, incluant la perte de confiance en l’autre. Par exemple, l’un des deux partenaires pourrait se dire : « S’il l’a fait avec moi, avec qui d’autre le fera-t-il? » Le doute et la suspicion peuvent s’immiscer dans la relation et la ronger peu à peu.

La sexualité avant le mariage peut également inhiber la communication. Chacun peut se demander : « Comment mon partenaire me compare-t-il à ses partenaires passés? Parle-t-il de ma performance avec d’autres personnes? » Ou bien encore, « Puis-je être totalement honnête et ouvrir mon cœur à quelqu’un qui ne sera peut-être pas à mes côtés demain? Puis-je me donner entièrement à quelqu’un qui n’est pas entièrement mien? » Ainsi, chacun devient moins ouvert et la communication s’affaiblit. Une piètre communication conduit à une piètre sexualité. Des sentiments négatifs surgissent et la communication se détériore de plus en plus. En bref, la sexualité avant mariage réduit les chances d’atteindre un maximum d’unité et de plaisir comme couple.

Une jeune femme de l’université d’Arizona l’exprime ainsi : « Je comprends votre raisonnement sur l’unité. J’ai eu plusieurs partenaires sexuels avant de me marier. J’ai eu l’impression de laisser une partie de moi avec chacun de ces hommes. Ce que vous expliquez, c’est qu’il est logique qu’une personne attende le mariage afin de pouvoir se donner entièrement à son partenaire. »

La seconde bonne raison d’attendre est la suivante : aucun argument en faveur de la sexualité avant le mariage n’est valable. Il est bien sûr toujours facile de rationaliser ses choix dans le feu de l’action. C’est précisément pour cela qu’il est important de se décider d’avance à ce sujet afin de penser avec son cerveau, plutôt qu’avec ses glandes. Examinons 7 arguments classiques soutenant les bienfaits du sexe avant le mariage4 :

1.L’argument statistique : « Tout le monde le fait ». Pas du tout! Si certaines statistiques sont élevées, aucune n’atteint les 100 %. De plus, même si tel était effectivement le cas, cette raison d’agir resterait ridicule. Si 90 % de vos amis développaient un ulcère, auriez-vous envie de les imiter? Le devriez-vous? Ce n’est pas que je compare le sexe à une maladie; je veux simplement souligner que « tout le monde le fait », n’est jamais un argument raisonnable.

2.L’argument biologique : « Le sexe est un besoin biologique, au même titre que le besoin de manger, de respirer ou de boire. Lorsque j’ai une impulsion, il me faut la satisfaire. » Vous ne pouvez pas vivre sans manger, respirer ou boire. Mais, croyez-le ou non, il est tout à fait possible de vivre sans avoir de relations sexuelles. (Des recherches le prouvent.)

3.L’argument contraceptif : « La contraception moderne a totalement éradiqué la peur d’une grossesse. » Ne vous méprenez pas. Aucun moyen de contraception n’est fiable à 100 %. Il y a beaucoup de grossesses non prévues dans le cadre du mariage. Beaucoup de couples mariés ont eu des « petites surprises ». Même avec tout l’attirail de contraception moderne, chaque année aux États-Unis, on dénombre un million de grossesses chez les adolescentes5. Même si le taux du sida est à la baisse, il y a eu 37 000 cas de sida diagnostiqués en 2014 aux États-Unis6, et d’autres maladies transmises sexuellement sont à la hausse. En 2015, il y a eu plus de 1.5 million de cas de chlamydia, et le 2/3 de ces cas ont été diagnostiqués auprès de jeunes de 15 à 24 ans7. Le soi-disant « sexe sans risque » fait courir plus de risques que l’on croit. Les préservatifs peuvent glisser, se rompre ou être percés8. L’Université John Hopkins a présenté le résultat de ses recherches sur la transmission du sida par des hommes porteurs du virus, chez des femmes brésiliennes non infectées. Parmi les femmes déclarant que leurs partenaires utilisaient des préservatifs systématiquement lors de leurs rapports sexuels, 23 % sont devenues porteuses du virus9.

4.L’argument hédoniste : « Cela procure tellement de plaisir avant… et après! » La question se pose : « pendant combien de temps après? » Ce qui peut vous procurer du plaisir pendant quelques secondes peut vous briser le cœur pour de nombreuses années. L’épanouissement personnel peut difficilement être atteint sans le respect de soi. Il arrive que le plaisir de l’un fasse le malheur de l’autre. Aimeriez-vous être considéré comme la machine à plaisir d’un autre? Magic Johnson, la vedette du basketball, en a choqué plus d’un en annonçant qu’il était atteint du sida. Désormais marié, il admet que ses exploits sexuels passés — une suite d’aventures d’une seule nuit — l’ont laissé vide : « J’étais l’homme le plus seul de toute la planète… je n’avais personne à qui me confier, personne qui m’aimait pour qui j’étais10. »

5.L’argument de l’expérience : « C‘est en pratiquant qu’on devient parfait, et je veux vraiment combler mon partenaire après mon mariage. » Comme expliqué ci-dessus, la communication et l’engagement, et non la technique seulement, sont les clés d’une sexualité dynamique. Pourquoi ne pas apprendre ensemble avec son conjoint, plutôt qu’avec la femme, la sœur, le mari ou le frère de quelqu’un d’autre? Gardez en tête également qu’une bonne adaptation sexuelle exige le temps, l’amour et la compréhension.

6.L’argument de la compatibilité : « Il nous faut pratiquer pour savoir si nous sommes compatibles sexuellement, en particulier parce que le mariage est un si grand pas. » Certains l’expriment ainsi : « Il faut essayer une paire de chaussures avant de l’acheter! » Cette idée « d’essayer avant d’acheter » ne tient pas la route, car même les couples mariés heureux ont souvent besoin de plusieurs années pour s’adapter sexuellement l’un à l’autre. D’ailleurs, il ne faut pas oublier que la sexualité avant le mariage peut éroder la confiance et la communication. Il est donc plus sage de tester la compatibilité des personnalités, car la capacité à bien s’entendre est ce qu’il y a de plus important à la réussite d'une relation. Le sexe n’est pas la clé de l’amour, c’est l’inverse. Les couples qui se disent : « Nous nous aimons, donc nous pouvons avoir des rapports avant le mariage » ou « nous verrons bien si nous nous aimons vraiment en ayant des rapports » courent à la déception. Il se peut qu’ils découvrent que ce qu’ils prenaient pour de l’amour n’était en fait qu’un amas de sensations sexuelles. Attendre le mariage pour avoir des relations sexuelles ne garantit pas que vous soyez compatibles émotionnellement, mais une telle décision aide à mieux évaluer votre compatibilité de manière globale avant de vous marier.

7.L’argument marital : « Si nous nous aimons sincèrement et avons décidé de nous marier, pourquoi attendre le jour de noces? » Même les meilleurs projets n’aboutissent pas toujours. (Il se peut que vous connaissiez quelqu’un qui a vécu une rupture de fiançailles – peut-être cela vous est arrivé personnellement?) L’engagement public exprimé pendant la cérémonie du mariage peut se révéler une preuve importante d’engagement. Pourquoi? Parce qu’être capable de s’engager en public requiert beaucoup de conviction. Prononcer ses vœux de mariage devant tout le monde aide à rassurer chacun de la sincérité du couple. Cela peut également permettre d’empêcher une éventuelle rupture. Le désir de ne pas être considéré comme un briseur de promesse peut dissuader quelqu’un d’aller voir si « l’herbe est plus verte » ailleurs. Bien sûr, le mariage n’est pas une garantie que l’un ne quittera pas l’autre, mais il constitue tout de même un bon moyen de protection.

La plus belle voie

Si tous ces arguments ne suffisent pas à vous convaincre de la sagesse d’attendre le mariage pour avoir des rapports sexuels, considérez le fait que le Créateur a lui-même désigné un mariage empreint d’amour et de respect comme contexte idéal pour les relations sexuelles11. Vous vous dites peut-être, « Je savais bien que Dieu ne voulait pas que je m’amuse un peu. » Beaucoup pensent cela jusqu’au jour où ils réalisent que Dieu, en tant que parent aimant, ne veut que notre plus grand bien. Il est le Créateur du sexe et sait mieux que quiconque ce qui permet notre épanouissement sexuel.

**Attendre le mariage peut permettre à chacun des partenaires de jouir de la confiance, de la sécurité, de l’assurance et du respect de soi indispensables à la création d’une relation solide. **

« J’aime vraiment ce que vous dites à propos du fait d’attendre, » a affirmé une jeune mariée à la suite d’une conférence à l’Université de Sydney en Australie. « Mon fiancé et moi avons choisi d’attendre. Avec toutes les autres tensions et le stress lié aux fiançailles, avoir des rapports sexuels n’aurait été qu’une autre source de soucis. Attendre d’être mariés pour avoir des rapports a été la meilleure décision que nous ayons prise. »

Un amour à viser

Une relation solide est essentielle à une vie sexuelle épanouie. L’amour inconditionnel manifesté par un engagement solide et une communication claire et respectueuse est la clé de toute relation saine.

Lorsque j’étais étudiant, j’ai entendu une description poignante de ce qu’est l’amour inconditionnel, et je ne l’ai jamais oubliée. C’est un texte ancien, mais il décrit l’amour auquel j’aspire : « L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal, il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité; il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L’amour ne périt jamais12… »

Qui d’entre nous ne rêve pas d’aimer ou d’être aimé ainsi?

Mais comment faire pour vivre un tel amour? Le Dieu qui nous encourage à aimer de cet amour est aussi la source de cet amour. Si vous voulez en connaître davantage à ce sujet, ou si vous voulez parler plus de votre épanouissement affectif de manière générale, sachez que mes amis responsables de ce site se feraient un plaisir d’en parler avec vous. Je vous encourage à les contacter en remplissant le formulaire ci-dessous.

Ce service d’accompagnement personnalisé est gratuit et confidentiel.

Deux derniers conseils :

Premièrement, décidez de ne pas vous satisfaire d’une bonne vie affective. **Mettez tous vos efforts à vivre une vie affective dynamique. **

Dernièrement, je vous offre ce conseil de mon père : « N’oubliez jamais que c’est lorsque votre partenaire mérite votre amour le moins qu’il ou elle en a besoin le plus. Cherche donc à manifester ton amour surtout en de telles circonstances. »

Cet article est un résumé de l’article trouvé sur le site www.RustyWright.com.

Traduction : Fleur Capot

Notes : 1. Kathleen Kelleher, “Entertaining Fantasies? Don’t Worry, Everyone’s Doing It,” Los Angeles Times, August 15, 1995, E1. 2. Anthony Pietropinto, M.D. et Jacqueline Simenauer, Not Tonight, Dear, New York: Doubleday, 1990, p. 79. 3. Albert Richard Allgeier, Ph.D. et Elizabeth Rice Allgeier, Ph.D., Sexual Interactions, Fourth Edition, Lexington (MA): D.C. Heath and Company, 1995, p.236. 4. Voir John Buell, “Why Wait Till Marriage?” (notes de cours) et Jim Williams, “The Case for Premarital Chastity” (cassette tape), de Probe Ministries International, Dallas, TX. 5. Barbara Dafoe Whitehead, "The Failure of Sex Education," The Atlantic Monthly 274:4, October 1994, p. 73. 6. https://www.hiv.gov/hiv-basics/overview/data-and-trends/statistics 7. http://www.cnn.com/2016/10/20/health/std-statistics-record-high/index.html 8. Voir Rusty Wright, “Safe Sex?”, Connecticut Medicine 59:5, May 1995, pp. 295-298; reprinted from Lambda Chi Alpha Fraternity’s Cross and Crescent 81:4, Winter 1994-95, pp. 19-21. 9. Mark D.C. Guimaraes, et al., “HIV Infection among Female Partners of Seropositive Men in Brazil,” American Journal of Epidemiology 142:5, 1995, pp. 538-547. 10. Bruce Newman, “The Business of Being Magic Johnson,” Los Angeles Times Magazine, September 10, 1995, p. 35. 11. I Corinthiens 6.18; I Thessaloniens 4.3. 12. I Corinthiens 13.4-8.




Auteur de cet article: rusty-wright.

Source de la photo: Aldo Cauchi Savona